Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t1.djvu/252

Cette page a été validée par deux contributeurs.





ALBERT MÉRAT





Bibliographie. — Avril, Mai, Juin, sonnets, en collaboration avec Léon Valade (1863) ; — Intermezzo, poème traduit de Henri Heine, en collaboration avec Léon Valade [épuisé] ; — Les Chimères, poésies couronnées par l’Académie française (2e édition, 1866) [épuisé] ; — L’Idole, sonnets (1869) [épuisé] ; — Les Souvenirs, sonnets (1872) ; — L’Adieu, poème (1873) ; — Les Villes de marbre, poésies couronnées par l’Académie française (1874) ; — Printemps passé, poème parisien (1875) ; — Le Petit Salon, en vers (1876-1877) ; — Au Fil de l’eau, poésies (1877) ; — Poèmes de Paris (1880) ; — Vers le soir, poésies couronnées par l’Académie française ; — Triolets des Parisiennes de Paris (1900) ; — Les Joies de l’heure (1902) ; — Chansons et Madrigaux (1902) ; — Vers oubliés (1902) ; — Petit Poème (1903) ; — Les Trente-Six Quatrains à Madame, Les Trente-Six Dédicaces (1903) ; — La Rance et la Mer, paysages bretons (1903).

A paraitre : Pour les Lettres ; Épigrammes ; Autres Vers oubliés.

Sauf les ouvrages parus en 1903, et qui ont été édités chez l’auteur, les poésies de M. Albert Mérat ont été publiées chez Alphonse Lemerre.

M. Albert Mérat a collaboré au Parnasse Contemporain et à divers quotidiens et périodiques.

Fils et petit-fils d’avocat, M. Albert Mérat, né à Troyes le 23 mars 1840, fit d’abord des études de droit, puis entra dans l’administration.

Employé dans les bureaux de la Préfecture de la Seine, il y rencontra Paul Verlaine et Léon Valade. C’est en collaboration avec ce dernier qu’il écrivit et publia, en 1863, son premier recueil, Avril, Mai, Juin, et, quelques années plus tard, une excellente traduction de l’Intermezzo de Henri Heine.

En 1866, il participa à la publication du Parnasse Contemporain, et, la même année, faisait paraître, seul, un volume de poésies, Les Chimères, qui fut remarqué. Sainte-Beuve en fit publiquement l’éloge, et l’Académie française lui décerna le prix Maillé-Latour-Landry.