Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t1.djvu/156

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





VILLIERS DE L’ISLE-ADAM





Bibliographie. — Premières Poésies (1856-1858) ; — Fantaisies nocturnes, poèmes ; — Isis, roman (1862) ; — Elen, drame en trois actes (1865) ; — Morgane, drame en cinq actes (1866) ; — Claire Lenoir (1867) ; — La Révolte, pièce en un acte, représentée sur la scène du théâtre du Vaudeville le 6 mai 1870 (1870) ; — Le Nouveau Monde, drame en cinq actes (1880) ; — Contes cruels (1883) ; — Akédysséril (1885) ; — Axël (1885) ; — L’Amour suprême (1886) ; — L’Eve future (1886) ; — Tribulat Bonhomet (1887) ; — L’Evasion, drame en un acte, représenté sur la scène du Théâtre-Libre (1887) ; — Histoires insolites (1888) ; — Nouveaux Contes cruels (1888) ; — Le Secret de l’échafaud (1888) ; — Axël (1890) ; — Chez les passants (1890). — En outre, plusieurs manuscrits inachevés, dans lesquels se trouvent d’importantes parties inédites.

Les poésies de Villiers de L’Isle-Adam ont été publiées en deux volumes : le premier, intitulé Isis, a paru à Lyon, chez Perrin ; le second, Contes cruels, a été édité par Calmann-Lévy.

Villiers de L’Isle-Adam a collaboré au Parnasse Contemporain, etc.

Philippe-Auguste-Mathias comte de Villiers de L’Isle-Adam, né à Saint-Brieuc le 7 novembre 1840, mort à Paris le 18 août 1889, compte parmi les meilleurs écrivains contemporains. Il est surtout connu comme prosateur. Cet admirable « musicien des mots, ce parfait dominateur des sonorités verbales », ne fut qu’occasionnellement poète. Descendant d’une ancienne famille qui comptait parmi ses membres un grand-maître de l’ordre de Malte, il consacra ses loisirs aux lettres et débuta fort jeune en publiant ses Premières Poésies (1856-1858), qui passèrent presque inaperçues. Son deuxième recueil, Fantaisies nocturnes, fut bien accueilli.

Il publia un peu plus tard, en 1362, un roman, Isis, puis un drame en trois actes, Elen (1865), un drame en cinq actes, Morgane (1866), et en 1867 Claire Lenoir, collabora au Parnasse Contemporain et, le 6 mai 1870, eut une pièce en un acte représentée au Vaudeville, La Révolte, qui frappa Théophile Gautier. En 1880,