Ouvrir le menu principal

Page:Wagner - Une capitulation, Leduc.djvu/13

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Victor Hugo. — Ah ! Ah ! pour un romantique ce n’est pas très classique.
Mottu. — Répétons.
Le Chœur, sans enthousiasme et avec force grimaces. — Ciel ! Croix ! Tonnerre ! Sacrelot !
Mottu. — Bien ! Serrez vos rangs ! Marchons sur Metz !
Devant la statue de Metz, même scène que précédemment.
Mottu. — Où est le Lorrain ?
Keller. — Le voici.
Diedenhofer sort du rang.
Mottu. — Thionvillier ! Jurez en Lorrain !
Diedenhofer. — Grêle ! Bombes ! Boum…
Hugo, retirant sa tête. — De mieux en mieux !
Mottu. — Répétons.
Le chœur obéit à l’ordre de Motta.
Mottu. — Citoyens grenadiers ! imprimez-vous bien ce que vous venez de jurer, c’est-à-dire : de défendre ces deux villes jusqu’à la dernière goutte de votre sang, et de ne jamais souffrir qu’une seule pierre en soit prise par l’ennemi barbare.
Diedenhofer. — Faut-il aussi chanter un petit air ?
Mottu. — Assez de chants frivoles, la situation est trop sérieuse. Dansons autour de l’autel de la République.
   Le chœur se dirige vers l’autel et se livre aux ébats d’une ronde guerrière, interrompue, de temps à autre, pour exécuter le cancan en chantant : République ! République ! blique ! blique !
Mottu. — Attention ! maintenant, entrons en conseil de guerre.
Keller, employant toujours le dialecte alsacien. — Citoyens ! Comment pouvez-vous vous exprimer d’une façon aussi obscure ! Vous oubliez donc que l’Europe entière a les yeux fixés sur nous ! Ce n’est pas le tout de jouer la comédie ! Il faut que les Allemands la comprenne et qu’ils sachent bien que nous, Alsaciens, nous sommes des Français enthousiastes.
Lefèvre. — Pas si bête ! Vraiment, nous avons les allemands pour public !
Dollfus. — Quant à moi, je ne saurais plus deutsch spreken.
Diedenhofer. — On s’y fera.
Mottu. — Bien ! Bien ! pour des allemands !
Hugo. — Ah ! c’en est trop ! Mon âme se brise ! Mais je suis forcé de reconnaître combien j’illumine et inspire tout !
Le Chœur. — On a appelé… Une voix gémit au fond de l’égout.
Hugo, essayant de sortir du trou. — C’est moi, Victor ! Victor ! Vous ne me reconnaissez pas ?
Les Voix, dans le fond de l’égout. — Reste ici, ne sors pas !
Hugo. — Ô Fatalité !