Page:Voltaire - La Raison par alphabet, 6e édition, Cramer, 1769, tome 1.djvu/221

Cette page a été validée par deux contributeurs.
215
Conciles.

Les Romains comptent pour concile général le cinquième Concile de Latran en 1512, convoqué contre Louïs XII roi de France, par le pape Jules II ; mais ce Pape guerrier étant mort, ce Concile s’en alla en fumée.

Enfin nous avons le grand Concile de Trente, qui n’est pas reçu en France pour la discipline : mais le dogme en est incontestable, puisque le St. Esprit arrivait de Rome à Trente, toutes les semaines dans la malle du courrier, à ce que dit Fra-Paolo Sarpi ; mais Fra-Paolo Sarpi sentait un peu l’hérésie.

(par Mr. Abausit le cadet.)

CONFESSION.

C’est encor un problème si la confession, à ne la considérer qu’en politique, a fait plus de bien que de mal. On se confessait dans les mystères d’Isis, d’Orphée & de Cérès, devant l’Hiérophante & les initiés ; car puisque ces mystères étaient des expiations, il fallait bien avoüer qu’on avait des crimes à expier. Les Chrétiens adoptèrent la confession dans les premiers siècles de l’Église, ainsi qu’ils prirent à peu près les rites de l’antiquité, comme les temples, les autels, l’encens, les cierges, les processions, l’eau lustrale, les habits sacerdotaux, plusieurs formules des mystères ; le sursum corda, l’ite missa est, & tant d’autres. Le scandale de la confession