Page:Voltaire - La Raison par alphabet, 6e édition, Cramer, 1769, tome 1.djvu/142

Cette page a été validée par deux contributeurs.
136
Catéchisme du Japonois.

ayez douze factions de cuisine dans votre empire ? vous devez avoir douze guerres civiles par an.


LE JAPONOIS.

Pourquoi ? s’il y a douze traiteurs dont chacun ait une recette différente, faudra-t-il pour cela se couper la gorge au lieu de dîner ? au contraire, chacun fera bonne chère à sa façon chez le cuisinier qui lui agréera davantage.


L’INDIEN.

Il est vrai qu’on ne doit point disputer des goûts, mais on en dispute, & la querelle s’échauffe.


LE JAPONOIS.

Après qu’on a disputé bien longtems, & qu’on a vu que toutes ces querelles n’apprenaient aux hommes qu’à se nuire, on prend enfin le parti de se tolérer mutuellement, & c’est sans contredit ce qu’il y a de mieux à faire.


L’INDIEN.

Et qui sont, s’il vous plaît, ces traiteurs qui partagent votre nation dans l’art de boire & de manger ?


LE JAPONOIS.

Il y a premièrement les Breuxch,[1] qui ne vous donneront jamais de boudin ni de lard ; ils sont attachés à l’ancienne cuisine ; ils aimeraient mieux mourir que de piquer un poulet ; d’ailleurs, grands calculateurs ; & s’il y a une

  1. On voit assez que les Breuxch sont les Hébreux, et sic de cæteris.