Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome15.djvu/70

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

en France. S’ils avaient seulement considéré sur quelque mappemonde le peu de place que la France et l’Italie y tiennent, et le peu de figure qu’y font des évêques de province et des habitués de paroisse, il n’auraient pas écrit que Dieu anéantirait le monde entier pour l’amour d’eux ; et il faut avouer qu’il n’en a rien fait. Le cardinal de Fleury eut une autre sorte de folie, celle de croire ces pieux énergumènes dangereux à l’État.

Il voulait plaire d’ailleurs au pape Benoît XIII, de l’ancienne maison Orsini, mais vieux moine entêté, croyant qu’une bulle émane de Dieu même, Orsini et Fleury firent donc convoquer un petit[1] concile dans Embrun, pour condamner Soanen, évêque d’un village nommé Senez, âgé de quatre-vingt-un ans, ci-devant prêtre de l’Oratoire, janséniste beaucoup plus entêté que le pape.

Le président de ce concile était Tencin, archevêque d’Embrun, homme plus entêté d’avoir le chapeau de cardinal que de soutenir une bulle. Il avait été poursuivi au parlement de Paris comme simoniaque, et regardé dans le public comme un prêtre incestueux qui friponnait au jeu. Mais il avait converti Law[2] le banquier, contrôleur général ; et de presbytérien écossais il en avait fait un Français catholique. Cette bonne œuvre avait valu au convertisseur beaucoup d’argent et l’archevêché d’Embrun[3].

Soanen passait pour un saint dans toute la province. Le simoniaque condamna le saint, lui interdit les fonctions d’évêque et de prêtre, et le relégua dans un couvent de bénédictins au milieu

  1. Voyez la lettre à d’Argental du 6, et celle à Richelieu du 13 février 1755.
  2. Voyez le chapitre ii du Précis du Siècle de Louis XV.

    — Le nom de Law, prononcé en anglais Lâ, est généralement prononcé Lâsse en français ; on a expliqué ainsi cette prononciation :

    Law a dû être entouré d’Anglais dans sa banque, et ceux-ci, parlant de son plan financier, de sa maison, de ses propriétés, etc., etc., disaient, par exemple, en mettant l’s, marque du génitif, après son nom comme le requérait la construction de leur langue :

    Law’s system is admirable. — (Le système de Law est admirable.)
    I am going to Law’s. — (Je vais chez Law.)
    I spent the evening at Law’s. — (J’ai passé la soirée chez Law.)

    In some years, Law’s fortune will be considerable. — Dans quelques années, la fortune de Law sera considérable.)

    De sorte que les Français qui se trouvaient parmi eux, entendant sans cesse Law’s par ci, Law’s par là, finirent par croire que les compatriotes du célèbre étranger prononçaient son nom Lâsse, et ils adoptèrent comme véritable cette prononciation fautive que nos grammairiens se sont, à la vérité, empressés de signaler, mais contre laquelle ils ne se sont jamais élevés. (E. M.)

  3. Voyez Histoire du Parlement, chapitre lxiv.