Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome14.djvu/45

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Daniel-François Voisin, mort en 1717, prédécesseur du célèbre d’Aguesseau.


SURINTENDANTS DES FINANCES[1].


Claude Le Bouthillier, d’abord surintendant, conjointement avec Claude de Bullion, en 1632 ; seul en 1640. Ce fut lui qui, le premier, fit imposer les tailles par les intendants. Retiré en 1643. Mort en 1655.

Nicolas Bailleul, marquis de Château-Gontier, président du parlement, surintendant des finances, en 1643 jusqu’en 1648. Mort en 1652. Plus versé dans la connaissance du barreau que dans celle des finances. Il eut sous lui, pour contrôleur général, Particelli, dit Émeri, connu par ses déprédations[2].

Cet Émeri était le fils d’un paysan de Sienne, placé par le cardinal Mazarin. Il disait que les ministres des finances n’étaient faits que pour être maudits.

Émeri imagina bien des sortes d’impôts, de nouveaux offices de jurés mesureurs et porteurs de charbon ; de mouleurs, chargeurs et porteurs de bois ; de premiers commis de la taille et des ponts et chaussées, du sou pour livre, d’augmentations de gages ; de contrôleurs des amendes et des épices, etc.

Le même Émeri fut surintendant en 1648 ; mais, quelques mois après, on le sacrifia à la haine publique en l’exilant.

Le maréchal duc de La Meilleraye, surintendant en 1648, pendant l’exil d’Émeri. On avait déjà vu des guerriers dans cette place. Il avait la probité du duc de Sully, mais non pas ses ressources. Il vint dans le temps le plus difficile, et le duc de Sully n’avait eu la surintendance qu’après la guerre civile. Il taxa tous les financiers et tous les traitants. La plupart firent banqueroute, et on ne trouva plus d’argent. Il abandonna la surintendance en 1649. Mort en 1664.

  1. La place de surintendant était la première au conseil quand il n’y avait point de premier ministre. De là vient que le cardinal de Richelieu fut obligé de briguer, en 1623 et 1621, la faveur du marquis, depuis duc de La Vieuville, surintendant, pour entrer au conseil. (K.)
  2. Voyez chapitres liv et lv de l’Histoire du Parlement, et, ci-après, le chapitre iv.