Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome14.djvu/441

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE XXV[1].

PARTICULARITÉS ET ANECDOTES DU RÈGNE DE LOUIS XIV.


Les anecdotes sont un champ resserré où l’on glane après la vaste moisson de l’histoire ; ce sont de petits détails longtemps cachés, et de là vient le nom d’anecdotes ; ils intéressent le public quand ils concernent des personnages illustres.

Les Vies des grands hommes, dans Plutarque, sont un recueil d’anecdotes plus agréables que certaines : comment aurait-il eu des mémoires fidèles de la vie privée de Thésée et de Lycurgue ? Il y a, dans la plupart des maximes qu’il met dans la bouche de ses héros, plus d’utilité morale que de vérité historique.

L’Histoire secrète de Justinien, par Procope, est une satire dictée par la vengeance ; et quoique la vengeance puisse dire la vérité, cette satire, qui contredit l’histoire publique de Procope, ne paraît pas toujours vraie.

Il n’est pas permis aujourd’hui d’imiter Plutarque, encore moins Procope. Nous n’admettons pour vérités historiques que celles qui sont garanties. Quand des contemporains comme le cardinal de Retz et le duc de La Rochefoucauld, ennemis l’un de l’autre, confirment le même fait dans leurs Mémoires, ce fait est indubitable ; quand ils se contredisent, il faut douter : ce qui n’est point vraisemblable ne doit point être cru, à moins que plusieurs contemporains dignes de foi ne déposent unanimement.

Les anecdotes les plus utiles et les plus précieuses sont les écrits secrets que laissent les grands princes, quand la candeur de leur âme se manifeste dans ces monuments ; tels sont ceux que je rapporte de Louis XIV[2].

Les détails domestiques amusent seulement la curiosité ; les faiblesses qu’on met au grand jour ne plaisent qu’à la malignité, à moins que ces mêmes faiblesses n’instruisent, ou par les malheurs qui les ont suivies, ou par les vertus qui les ont réparées.

  1. Dès 1748, Voltaire avait publié des Anecdotes sur Louis XIV, qui sont dans les Mélanges, à cette date de 1748.
  2. Voyez les deux Mémoires de Louis XIV rapportés dans ce volume (chapitre xxviii). (Note de Voltaire.)