Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome14.djvu/24

Cette page a été validée par deux contributeurs.
4
princes et princesses du sang royal

Deux autres fils, morts jeunes, dont l’un de Mlle de Fontanges.

Louis, dauphin, a laissé une fille naturelle. Après la mort de son père on voulut la faire religieuse ; Mme la duchesse de Bourgogne, apprenant que cette vocation était forcée, s’y opposa, lui donna une dot, et la maria.


PRINCES ET PRINCESSES
DU SANG ROYAL,
QUI VÉCURENT DANS LE SIÈCLE DE LOUIS IV.


Jean-Baptiste Gaston, duc d’Orléans, second fils de Henri IV et de Marie de Médicis, né à Fontainebleau en 1608, presque toujours infortuné, haï de son frère, persécuté par le cardinal de Richelieu, entrant dans toutes les intrigues, et abandonnant souvent ses amis. Il fut la cause de la mort du duc de Montmorency, de Cinq-Mars, du vertueux de Thou. Jaloux de son rang et de l’étiquette, il fit un jour changer de place toutes les personnes de la cour à une fête qu’il donnait ; et prenant le duc de Montbazon par la main pour le faire descendre d’un gradin, le duc de Montbazon lui dit : « Je suis le premier de vos amis que vous ayez aidé à descendre de l’échafaud. » Il joua un rôle considérable, mais triste, pendant la régence, et mourut relégué à Blois, en 1660.

Élisabeth, fille de Henri IV, née en 1602, épouse de Philippe IV, très-malheureuse en Espagne, où elle vécut sans crédit et sans consolation. Morte en 1644.

Christine, seconde fille de Henri IV, femme de Victor-Amédée, duc de Savoie. Sa vie fut un continuel orage à la cour et dans les affaires. On lui disputa la tutelle de son fils, on attaqua son pouvoir et sa réputation. Morte en 1663.

Henriette-Marie, épouse de Charles ier, roi de la Grande-Bretagne, la plus malheureuse princesse de cette maison ; elle avait presque toutes les qualités de son père. Morte en 1669.

Mademoiselle de Montpensier[1], nommée la Grande Mademoiselle,

  1. Voyez son article dans le Catalogue des écrivains.