Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome14.djvu/13

Cette page a été validée par deux contributeurs.



AVERTISSEMENT
DE BEUCHOT.


Voltaire pensait, dès 1732, à donner l’histoire du Siècle de Louis XIV[1]. Ce ne fut toutefois qu’à la fin de 1739 qu’il publia un Essai sur le Siècle de Louis XIV. Ce morceau, composé de ce qui forme aujourd’hui à peu près les deux premiers chapitres de l’ouvrage, fait partie d’un Recueil de pièces fugitives en prose et en vers, par M. de V***, 1740, in-8°. Mais, malgré la date qu’il porte, ce volume avait paru à la fin de 1739, puisqu’un arrêt du conseil, du 4 décembre 1739, en ordonne la suppression. Parmi les variantes que présente l’Essai, j’ai conservé et mis en note (page 475) deux passages qui m’ont semblé dignes de remarque. Je dirai, à cette occasion, que je n’ai pas trouvé dans l’édition de l’Essai autant de fautes que le croyait l’auteur[2].

Ce ne fut que dix à douze ans après que Voltaire publia enfin tout l’ouvrage. On fixe communément à l’année 1752 la publication du Siècle de Louis XIV. Cependant Voltaire lui-même, dans le xiiie de ses Fragments sur l’histoire générale, dit que son livre, composé en 1745, fut imprimé en 1750. Mais cela est contredit par une lettre à Mme Denis, du 20 février 1751 : Voltaire écrit qu’il s’amuse à finir le Siècle de Louis XIV. L’édition était commencée six mois après[3], et dut être achevée la même année. Il existe une édition en deux volumes petit in-12, sous le millésime de 1751. Elle a pour titre : Le Siècle de Louis XIV, publié par M. de Francheville, conseiller aulique de Sa Majesté, et membre de l’Académie royale des sciences et belles-lettres de Prusse.

On conçoit que Voltaire, à la cour de Berlin, comblé « de bontés à tourner la tête[4] », occupé, non-seulement de la composition de ses ouvrages, mais encore de la correction de ceux du roi[5], ait eu recours à quelqu’un pour les soins qu’exigeait l’impression de son livre. Le nom de Francheville,

  1. Lettre à Formont, septembre 1732.
  2. Lettre à milord Harvey, juillet 1740.
  3. Lettre au duc de Richelieu, du 31 août 1751.
  4. Ibid., id.
  5. Lettre à Mme Denis, du 2 septembre 1751.