Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome11.djvu/353

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

demandaient les armes à la main ; mais il y avait entre les califes et les papes cette différence que les califes étaient tombés du premier trône de la terre, et que les papes s’élevaient insensiblement.

Il n’y avait réellement plus d’empire, ni de droit, ni de fait. Les Romains, qui s’étaient donnés à Charlemagne par acclamation, ne voulaient plus reconnaître des bâtards, des étrangers, à peine maîtres d’une partie de la Germanie.

Le peuple romain, dans son abaissement, dans son mélange avec tant d’étrangers, conservait encore, comme aujourd’hui, cette fierté secrète que donne la grandeur passée. Il trouvait insupportable que des Bructères, des Cattes, des Marcomans, se dissent les successeurs des Césars, et que les rives du Mein et la forêt Hercynie fussent le centre de l’empire de Titus et de Trajan.

On frémissait à Rome d’indignation, et on riait en même temps de pitié, lorsqu’on apprenait qu’après la mort d’Arnould, son fils Hiludovic, que nous appelons Louis, avait été désigné empereur des Romains à l’âge de trois ou quatre ans, dans un village barbare nommé Forcheim, par quelques leudes et évêques germains. Cet enfant ne fut jamais compté parmi les empereurs ; mais on le regardait dans l’Allemagne comme celui qui devait succéder à Charlemagne et aux Césars. C’était en effet un étrange empire romain que ce gouvernement qui n’avait alors ni les pays entre le Rhin et la Meuse, ni la France, ni la Bourgogne, ni l’Espagne, ni rien enfin dans l’Italie, et pas même une maison dans Rome qu’on pût dire appartenir à l’empereur.

Du temps de ce Louis, dernier prince allemand du sang de Charlemagne par bâtardise, mort en 912, l’Allemagne fut ce qu’était la France, une contrée dévastée par les guerres civiles et étrangères, sous un prince élu en tumulte et mal obéi.

Tout est révolution dans les gouvernements : c’en est une frappante que de voir une partie de ces Saxons sauvages, traités par Charlemagne comme les Ilotes par les Lacédémoniens, donner ou prendre au bout de cent douze ans cette même dignité qui n’était plus dans la maison de leur vainqueur. (912) Othon, duc de Saxe, après la mort de Louis, met, dit-on, par son crédit, la couronne d’Allemagne sur la tête de Conrad, duc de Franconie ; et après la mort de Conrad, le fils du duc Othon de Saxe, Henri l’Oiseleur, est élu (919). Tous ceux qui s’étaient faits princes héréditaires en Germanie, joints aux évêques, faisaient ces élections, et y appelaient alors les principaux citoyens des bourgades.

__________