Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome11.djvu/20

Cette page a été validée par deux contributeurs.

Un procédé de Voltaire, que je dois faire remarquer, c’est qu’en donnant une nouvelle édition, il avait fait imprimer séparément les Additions à l’Essai sur l’Histoire générale, etc., pour servir de supplément à l’édition de 1756. Ces Additions forment un volume de 467 pages, mais qui ne contient pas les Éclaircissements historiques.

On a vu qu’en 1769, dans l’édition in-4°, Voltaire fit de sa Philosophie de l’histoire le discours préliminaire. Ce fut en même temps qu’il donna à son livre le titre qu’il porte aujourd’hui d’Essai sur les Mœurs et l’Esprit des nations. Dans cette édition de 1769, et dans celle de 1775, on trouve à la suite de l’Essai, les Remarques, et avec des augmentations les Éclaircissements dont j’ai déjà parlé et qui sont une réponse à Nonotte, auteur des Erreurs de Voltaire dont la première édition est de 1762.

Plusieurs chapitres, soit du Pyrrhonisme de l’histoire (voyez les Mélanges, année 1768), soit de Un Chrétien contre six juifs (voyez les Mélanges, année 1776), sont des réponses à des critiques de paragraphes ou chapitres de l’Essai sur les Mœurs.

Voltaire a fait mieux que de répondre à ses critiques ; il a fait quelquefois des changements et corrections. Dans les éditions successives il ne s’est pas contenté de faire des additions qui ont porté l’ouvrage, de 164 chapitres à 197. Il revoyait chaque chapitre et y ajoutait des phrases ou des alinéa, à quelques-uns desquels il a même eu le soin de donner une date. C’est de 1768 qu’est sa réduction ou évaluation en monnaie française des revenus de la Chine, chapitre Ier de l’Essai, page 170 du présent volume ; c’est de 1770 qu’est le dernier alinéa de la page 43 du même volume. En 1778, l’année même de sa mort, il ajoutait quelques mots aux chapitres LVI et LXXXIII, et une note au chapitre CLIII. Parfois, dans ses révisions, il renvoyait à un ouvrage publié dans l’intervalle d’une édition à une autre. On ne doit donc pas être étonné de voir dans l’Essai sur les Mœurs des renvois à l’Introduction, qui, comme on l’a vu, n’a été publiée que quelques années après, et sous un autre titre.



__________