Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome11.djvu/195

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

times dans les temps où les lois des nations d’Europe confisquaient les effets naufragés, et que la coutume permettait qu’on égorgeât les propriétaires ?

Les cérémonies continuelles qui, chez les Chinois, gênent la société, et dont l’amitié seule se défait dans l’intérieur des maisons, ont établi dans toute la nation une retenue et une honnêteté qui donnent à la fois aux mœurs de la gravité et de la douceur. Ces qualités s’étendent jusqu’aux derniers du peuple. Des missionnaires racontent que souvent, dans les marchés publics, au milieu de ces embarras et de ces confusions qui excitent dans nos contrées des clameurs si barbares et des emportements si fréquents et si odieux, ils ont vu les paysans se mettre à genoux les uns devant les autres, selon la coutume du pays, se demander pardon de l’embarras dont chacun s’accusait, s’aider l’un l’autre, et débarrasser tout avec tranquillité.

Dans les autres pays les lois punissent le crime ; à la Chine elles font plus, elles récompensent la vertu. Le bruit d’une action généreuse et rare se répand-il dans une province, le mandarin est obligé d’en avertir l’empereur ; et l’empereur envoie une marque d’honneur à celui qui l’a si bien méritée. Dans nos derniers temps, un pauvre paysan, nommé Chicou, trouve une bourse remplie d’or qu’un voyageur a perdue ; il se transporte jusqu’à la province de ce voyageur, et remet la bourse au magistrat du canton, sans vouloir rien pour ses peines. Le magistrat, sous peine d’être cassé, était obligé d’en avertir le tribunal suprême de Pékin ; ce tribunal, obligé d’en avertir l’empereur ; et le pauvre paysan fut créé mandarin du cinquième ordre : car il y a des places de mandarins pour les paysans qui se distinguent dans la morale, comme pour ceux qui réussissent le mieux dans l’agriculture. Il faut avouer que, parmi nous, on n’aurait distingué ce paysan qu’en le mettant à une taille plus forte, parce qu’on aurait jugé qu’il était à son aise. Cette morale, cette obéissance aux lois, jointes à l’adoration d’un Être suprême, forment la religion de la Chine, celle des empereurs et des lettrés. L’empereur est, de temps immémorial, le premier pontife : c’est lui qui sacrifie au Tien, au souverain du ciel et de la terre. Il doit être le premier philosophe, le premier prédicateur de l’empire : ses édits sont presque toujours des instructions et des leçons de morale.

__________