Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome11.djvu/19

Cette page a été validée par deux contributeurs.

C. Walther, libraire de Dresde, qui avait déjà donné deux éditions des Œuvres de Voltaire, et qui avait réimprimé, en 1754, les deux volumes sous le titre d’Essai sur l’Histoire universelle, attribué à M. de Voltaire, était celui que Voltaire avait chargé de l’impression du troisième volume, qui porte affirmativement le nom de son auteur. Pour compléter cette édition, il parut, en 1757, un tome IV, et, en 1758, les tomes V et VI.

Voltaire, fixé aux environs de Genève, y avait fait imprimer, en 1756, le même ouvrage sous le titre de : Essai sur l’Histoire générale et sur les Mœurs et l’Esprit des nations, depuis Charlemagne jusqu’à nos jours, 7 volumes in-8°, divisés en 215 chapitres, y compris toutefois le Siècle de Louis XIV, qui y était réimprimé, et qui commence au chapitre CLXV.

L’édition n’était pas épuisée, et probablement était loin de l’être, lorsque Voltaire imagina d’y joindre à l’article de Joseph Saurin un certificat de trois pasteurs de Lausanne, daté du 30 mars 1757. Il fallut avec les cartons faire de nouveaux frontispices sur lesquels on mit seconde édition, et la date de 1757 ; mais il est arrivé que le brocheur négligent a laissé quelquefois le frontispice daté de 1756 à des exemplaires dans lesquels est le certificat du 30 mars 1757. Je reparlerai de cette variante remarquable en la réimprimant, pour la première fois depuis soixante-dix ans, dans le Siècle de Louis XIV (Catalogue des écrivains).

Une réimpression des sept volumes faite en Hollande, en 1757, est augmentée d’une Table générale des matières.

Quelques années après, Voltaire revit son travail et le fit reparaître en huit volumes in-8°. Les sept premiers portent la date de 1761 ; le huitième est de 1763. Le Siècle de Louis XIV fait encore partie de cette édition ; mais il commence avec le tome VI, et ses 62 chapitres, au lieu d’être numérotés comme suite des 193 de l’Essai, ont leur numérotage particulier (voyez l’Avertissement en tête du Siècle de Louis XIV). Les chapitres XLIII à LX traitaient d’événements postérieurs à la mort de Louis XIV, et ont été depuis employés par l’auteur dans son Précis du Siècle de Louis XV.

Cette nouvelle disposition n’a pas permis à Voltaire de conserver à leur place primitive les chapitres LXI et LXII ; on ne les retrouve même plus dans les éditions de 1768 et années suivantes, in-4°, et de 1775, données du vivant de l’auteur. Les éditeurs de Kehl, qui ont tant fait, ont recueilli ces deux morceaux, et leur avaient donné place parmi les Fragments sur l’histoire ; on les trouvera dans les Mélanges, année 1763, sous leur intitulé : D’un Fait singulier concernant la littérature, et Conclusion et Examen de ce tableau historique.

Le huitième volume de 1763 était terminé par des Éclaircissements historiques qu’on pourra voir dans les Mélanges.

C’est là aussi que seront les Remarques pour servir de supplément à l’Essai, etc., publiées en 1763, en un petit cahier de 88 pages.