Page:Vivien - Le Christ.djvu/71

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ont le souci de Kythérée à la belle chevelure.

Maintenant, écoute et souviens-toi de mes paroles. J’ai quitté la demeure de mon Père, le large Ouranos, pour verser aux hommes le nectar mêlé d’allégresse.

Pour la seconde fois, j’apparais au milieu des mortels, non point dans Kupros maritime, mais dans Paris fluvial…

Étranger, fais bâtir pour moi, en cette ville que j’ai honorée entre toutes, un temple où l’on m’offrira de parfaites hécatombes. J’y demeurerai, parmi, l’encens et le parfum des guirlandes tressées. Les races futures m’apporteront des présents splendi-