Page:Vivien - Le Christ.djvu/56

Cette page a été validée par deux contributeurs.


vers la guillotine, auprès de laquelle il s’arrête bientôt. La portière s’ouvre et le condamné soutenu par deux aides, apparaît.

À cet instant, des rues avoisinantes, une clameur immense s’élève : « À mort ! à mort ! » hurlent des milliers de poitrines.

Une rapide pâleur blêmit les joues de Jésus-Christ, qui se retourne et laisse tomber ces mots :

« Père, pardonnez-leur, car ils ne savent ce qu’ils font ! ».

Mais les aides viennent de le pousser vers la bascule qui s’abat et glisse vers la lunette. Et, comme son cou s’y engage, tandis que le premier aide, qui lui a