Page:Vivien - Haillons, 1910.djvu/96

Cette page a été validée par deux contributeurs.


À L’HEURE DU COUCHANT



Voici : Mon cœur est plein de chuchotements tristes
Et mes yeux sont remplis de brume, vers le soir…

En vain le couchant fait pleuvoir ses améthystes
Et me promet la nuit et le silence noir…