Page:Vivien - Haillons, 1910.djvu/88

Cette page a été validée par deux contributeurs.


APPEL



En proie à l’existence, à ce mal très cruel,
Je lance à l’infini mon douloureux appel…

À cette heure terrible et trouble de silence
Je ressens tout le mal aigu… Le soir encense…