Page:Vivien - Haillons, 1910.djvu/68

Cette page a été validée par deux contributeurs.


SOUHAIT FAMILIER



Ô souvenirs des soirs amèrement fidèles,
Ô l’assombrissement sur moi des grandes ailes !

S’envoler et monter dans le beau ciel du soir,
Ce serait donc la fin de l’ancien désespoir ?