Page:Vivien - Haillons, 1910.djvu/44

Cette page a été validée par deux contributeurs.


LA BONNE COUPE



Je souhaite âprement la coupe de ciguë
Car l’amour est en moi comme une fièvre aiguë…

Je veux terriblement le breuvage final
Qui seul guérit, qui seul peut endormir le mal.