Page:Vivien - Haillons, 1910.djvu/36

Cette page a été validée par deux contributeurs.


RÉSURRECTION MAUVAISE



Ô tristesse, ô rancœur des songes tôt ravis !
Par un matin d’automne, enfin, je la revis

Celle dont le nom seul étourdit et caresse,
Celle qui fut pour moi l’Amour dans la Jeunesse,

Celle-là qui reçut mes sanglotants aveux
Celle dont j’adorais les suprêmes cheveux,