Page:Vivien - Haillons, 1910.djvu/30

Cette page a été validée par deux contributeurs.


TRAÎTRISE DU SABLIER



Je tiens entre mes doigts le traître sablier
Qui s’écoule avec un bruit doux et régulier.

C’est l’heure où je m’en vais et voici que tu pleures,
Exactitude atroce et fatale des heures !…