Page:Vivien - Haillons, 1910.djvu/22

Cette page a été validée par deux contributeurs.


LE CŒUR LOURD



J’ai le cœur lourd, pourtant les voiles sont légères,
Et l’on entend voler les âmes passagères.

Toi que j’aime d’amour, te voici près de moi
Tu m’as donné ton cœur, je t’ai donné ma foi.