Page:Vivien - Chansons pour mon ombre, 1907.djvu/21

Cette page n’a pas encore été corrigée


i~c~T~ WATER LILIES

PARMI les ondoiements et les éclairs douteux, Les langoureux lys d’eau lèvent leur front laiteux.

La rivière aux flots lourds berce leur somnolence. Ce sont d’étranges fleurs de mort et de silence.

Leur fraîcheur refroidit les flammes du soleil, Et leur souffle répand une odeur de sommeil.