Page:Vivien - Chansons pour mon ombre, 1907.djvu/15

Cette page n’a pas encore été corrigée



LASSITUDE


Je dormirai ce soir d'un large et doux sommeil...
Fermez les lourds rideaux, tenez les portes closes.
Surtout, ne laissez pas pénétrer le soleil,
Laissez autour de moi le soir trempé de roses.
 
Posez, sur la blancheur d'un oreiller profond,
De ces fleurs sans éclat et dont l'odeur obsède...
Posez-les dans mes mains,sur mon cœur, sur mon front,
Les fleurs frêles au souffle adorablement tiède.