Page:Vivien - Chansons pour mon ombre, 1907.djvu/13

Cette page n’a pas encore été corrigée


LA CONQUE Passant,je me souviens du crépuscule vert Où glissent lentement les ombres sous-marines, Où les algues, offrant leur calice entr'ouvert, Étreignent de leurs bras fluides les ruines Des vaisseaux, autrefois pesants d'ivoire et d'or... Je me souviens du soir où la nacre s'irise, Où dorment les anneaux, étincelants encor, Que donnaient à la mer ses époux de Venise...