Ouvrir le menu principal

Page:Virgile - Énéide, I à III, juxta, traduction Sommer, 1900.djvu/9

Cette page n’a pas encore été corrigée




Cerereni corruptam un dis , armaque cerealia, parantque et torrere flammis fit frangere saxo fruges receptas. Intftrea ^Eneas 3onscendit scopulum, et petit omnem prospectum late pelago, si videat qua Anthea jactatura vento, biremesque Phrygias, aut Capyn aut arma Caioi in pnppibus cclsis. Prospicit in conspectu nnllam navem ; trescervos errantes littore ; arracnta tota sequiintur bos a tergo, et lougura agmen pascitur per vallcs. Constitit hic , corripuitque manu arcura sagittasque celcrcs, tela quœ gerebnt fidus Achates ; sternitque primum ductores ipsos, ferentes capita a] ta cornibus arborcis ; tum raiscet vulgus et omnem turbam , agenstelis mter nemora frondea. Nec absistit priusquam victor fundat liumi septem ingentia corpora , et asquet numerum cum navibus.


Cérès le blé^ gâté par les ondes , et les ustensiles propres-à-la-pr-iparation-du grain ^ et se préparent et à rôtir par les flammes et à briser (broyer) avec la pierre les grains recouvrés. Cependant Enée monte sur un rocher, et cherche toute la vue possible au loin sur la mer, regardant s’il pcut-voir quelque-part Aiithée ballotté par le vent , et les birèmes phrygiennes, ou Capys ou les armes de Caïcus sur les poupes élevées. Il n’aperçoit en vue (dans l’espace cn’il découvre) nul navire; mais trois cerfs errant sur le rivage; des troupeaux entiers suivent ceux-ci par derrière, et leur longue file paît à travers les vallées. Il s’arrêta là , et saisit de la main $on arc et ses flèches rapides, armes que portait le lidélc Achate; et il étend-à-terre d’abord les conducteurs du troupeau eux-même«, portant leurs têtes hautes nvcc leurs cornes semblables-à-<les-arbresi alors (ensuite) il met-cn-désordre le petit-peuple et toute la troupe des cerf$, les poussant avec des traits entre les bois feuillus. Et il ne s’abstient (ne s’arrête) pas avant que vainqueur ii ne renverse (n’ait renversé) à terre sept grands corps, et n’égale (n’ait égalé le nombre des cerfs avec les navires (à celui des navires).