Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/526

Cette page a été validée par deux contributeurs.


cette solution pratique, on constate des tâtonnements dont il est utile de se rendre compte.

Voute.cloitre.abbaye.Westminster.png

Dans le cloître de l’abbaye de Westminster (fig. 34), ces tâtonnements sont visibles. Plusieurs voûtes sont fermées conformément à la méthode française (voyez en A le triangle B), d’autres présentent pour la combinaison des remplissages la projection C. Cette combinaison est obtenue par le procédé suivant : l’angle aef a été divisé en deux par la ligne ab, les rangs de moellons du triangle opposé ont été bandés perpendiculairement à cette ligne ab : ces rangs de moellons viennent donc se chevaucher sur la ligne des clefs ; ou bien, comme on le voit en D, les rangs de moellons coupent à angle droit cette ligne ad’. C’est le cas de l’exemple présenté dans la figure 33. Parfois aussi, dans d’autres voûtes, à Ely notamment, les rangs de moellons piqués sont posés perpendiculairement aux branches d’arcs ogives, comme le montre le triangle G, et se chevauchent toujours sur la ligne des clefs ou se réunissent en sifflets.