Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/374

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[vierge]
— 371 —

les amateurs quelque peu éclairés connaissent la charmante sculpture de Notre-Dame de Paris, qui représente l’Assomption[1], et dont nous reproduisons ici la partie principale, c’est-à-dire la figure de la Vierge.

Vierge.Assomption.Notre.Dame.Paris.png


Six anges enlèvent l’auréole de nuées qui entoure la figure ; deux autres l’encensent à la hauteur de la tête. Le voile de la mère du Sauveur s’enroule dans la partie supérieure du nimbe nuageux. La Vierge est dépourvue de la couronne au moment où son corps est enlevé par les anges, puisqu’à cette apothéose succède le couronnement par son fils, qui l’attend à sa droite. Les couronnements de la Vierge sont très-fréquemment représentés, soit en sculpture, soit en peinture. C’est un des sujets affectionnés par les artistes des XIIIe et XIVe siècles. La cathédrale de Paris en possède deux qui sont très-remarquables : celui de la porte de gauche de la façade occidentale, qui date des premières années du XIIIe siècle[2], et celui de la porte dite Rouge, du côté nord,

  1. Cette sculpture fait partie des bas-reliefs qui ornaient autrefois le cloître de Notre-Dame et que l’on voit encore sur les parois des chapelles du chevet, côté nord. Elle date des premières années du XIVe siècle.
  2. Voyez Sculpture, fig. 16.