Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/336

Cette page a été validée par deux contributeurs.


bas-reliefs ne pouvaient pas manquer de produire un grand effet, et n’avaient pas à redouter (protégés qu’ils étaient par la saillie des voussures ou des porches) l’action destructive de la pluie et de la gelée. Beaucoup de nos églises conservent encore de magnifiques tympans sculptés (voy. Porte).

Tympans.medievaux.png


Nous citerons parmi les plus remarquables, datant du XIIe siècle, ceux des portes des églises de Vézelay, de Saint-Benoît-sur-Loire, de Charlieu, du portail occidental de la cathédrale de Chartres, de la porte Sainte-Anne de Notre-Dame de Paris, de la porte centrale de la cathédrale de Senlis ; parmi ceux du XIIIe siècle, les tympans des portes latérales des cathédrales de Chartres, de Reims, des portails des cathédrales de Paris, d’Amiens, de Bourges, etc. Jusque vers le commencement du XIIIe siècle, le tympan de porte, s’il est sculpté, ne comporte guère qu’un sujet ; quelquefois, s’il est très-grand, il se compose de deux zones, ainsi qu’on peut le voir à la porte centrale et à la porte de la Vierge de Notre-Dame de Paris, rarement d’un plus grand nombre. À dater de 1240 environ, les tympans se composent généralement de plusieurs zones. Les sujets se superposent et se multiplient, ou bien ils sont enfermés dans des compartiments architecto-