Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/334

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[tuile]
— 331 —

sur un endôlement de merrain. Ces sortes de tuiles sont épaisses (la terre de ces contrées n’étant pas très-dure), et n’ont pas résisté aux agents atmosphériques aussi complétement que les tuiles de Champagne et de Bourgogne. Toutes les tuiles dont nous venons de donner les formes et les dimensions étaient moulées sur sable, à la main, coupées au couteau, et non moulées dans des moules, comme le sont la plupart des tuiles façonnées modernes ; leur cuisson (au bois) est régulière et complète.

Tuile.ecaille.XIIe.siecle.png


Les tuiles de Bourgogne anciennes sont inaltérables et aussi bonnes aujourd’hui qu’au moment de leur mise en place. L’émail qui les couvre (surtout l’émail noir brun) et la couverte transparente qui fait ressortir leur teinte rouge ont résisté au temps. Les émaux jaunes et verts sont ceux qui se sont le plus altérés. Dans les provinces du Nord-Est, dans les Flandres, on employait, dès le XVe siècle, la tuile en forme d’S, encore en usage aujourd’hui et connue sous le nom de tuile flamande. Cette tuile n’est bonne que pour des couvertures légères et qui n’ont pas à préserver absolument les parties sous-jacentes. Par les grands vents, elles laissent passer l’eau de pluie et se dérangent facilement. Dès une époque ancienne, peut-être le XIIIe siècle, on cessa d’employer dans les ouvrages ordinaires des provinces méridionales la tuile-canal avec couvre-joints, que donne la figure 1. On se contenta d’employer les tuiles creuses, c’est-à-dire que les tuiles formant couvre-joints, en les retournant, remplacèrent les tuiles-canal plates. Ce genre de couverture est encore usité dans tout le midi de la France, à partir du Lyonnais, de l’Auvergne, d’une partie du Limousin, du Périgord et en remontant jusqu’en Vendée ; il n’est pas sans inconvénients. La tuile creuse étant moulée sur sable, la partie sablonneuse se