Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/29

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[tombeau]
— 26 —

Le sarcophage devenant cénotaphe, il était naturel de couvrir celui-ci d’un dais, d’un arc, d’en faire un monument honorifique, de le considérer comme un lit de parade sur lequel l’effigie du mort était posée.

Les artistes du moyen âge ont apporté, dans la composition des tombeaux, l’esprit logique que nous retrouvons dans leurs œuvres. Le tombeau, pour eux, était la perpétuité de l’exposition du mort sur son lit de parade. Ce qui avait été fait pendant quelques heures avant l’ensevelissement, on le figurait en pierre ou en marbre, afin de reproduire aux yeux du public la cérémonie des funérailles dans toute sa pompe. Mais à cette pensée se mêle un sentiment qui exclut le réalisme. Des anges thuriféraires soutiennent le coussin sur lequel repose la tête du mort. Sur les parois du sarcophage sont sculptés les pleureurs, les confréries, quelquefois les saints patrons du défunt, ou des anges. C’est l’assistance poétisée. Nous allons tout à l’heure présenter des exemples de ces dispositions.

Chapiteau.eglise.Saint.Severin.Bordeaux.png

Un curieux monument nous explique l’origine de ces tombeaux cénotaphes, avec l’exposition du mort. C’est un chapiteau du porche occidental de l’église de Saint-Séverin (vulgairement Saint-Seurin) de Bordeaux. Ce porche date du commencement du XIIe siècle. L’une de ses colonnes engagées est couronnée par une représentation du tombeau de saint Séverin, formant chapiteau sous une naissance d’arc-doubleau. Le corps du saint (fig. 2), enveloppé d’un linceul, ayant une crosse à son côté gauche, est placé sur une sorte de lit de parade supporté par