Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/187

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[tour]
— 184 —

autrefois une tourelle portant un feu. Sur les côtes de la Méditerranée, dans les environs d’Aigues-Mortes, on voit encore la trace de tours isolées qui servaient à la fois de phares et de postes pour défendre le littoral contre les descentes fréquentes des pirates.

Coupe.tour.porte.chateau.Montargis.png

La plupart de ces ouvrages datent des règnes de saint Louis, de Philippe le Hardi et de Charles VI.

Le climat destructeur des côtes de l’Océan n’a pas laissé subsister de tours de phares d’une époque reculée, et l’on peut considérer comme une des plus anciennes la tour du port de la Rochelle, dite tour de la Lanterne. Cet ouvrage, attaché aux remparts, s’élève sur le bord de la mer, à 100 mètres environ du goulet du port, à l’extrémité du front de gauche. C’est une grosse tour de 16 mètres de diamètre, terminée par une flèche pyramidale de pierre.

Nous donnons les plans (fig. 78) de ses trois étages, en A à rez-de-chaussée, en B au niveau du premier, et en C au niveau du chemin de ronde[1]. L’étage bas est voûté ; il est mis en communication avec la ville

  1. M. Lisch, architecte, qui a fait sur le port de la Rochelle un travail très-remarquable, a bien voulu nous permettre de reproduire ses relevés de la tour de la Lanterne.