Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/148

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[tour]
— 145 —

à vis on arrive à la place d’armes par la porte c, et au chemin de ronde du crénelage par la porte e. Les chemins de ronde pourtournent en f les échauguettes.

Plan.tour.Narbonne.3.png

Une coupe faite sur gh (fig. 52) explique cette intéressante disposition. En A est la salle destinée à l’habitation du seigneur, tous les autres étages étant aménagés pour la défense. Cette tour ne possédait ni hourds ni mâchicoulis ; elle se défendait surtout par sa masse, composée d’une excellente maçonnerie de pierre de taille dure de Sainte-Lucie. Les faces étaient à peine flanquées par les échauguettes. Aussi pensons-nous qu’en cas de siége, des mâchicoulis de bois étaient disposés au-dessus du parapet, ou peut-être seulement au-dessus des échauguettes, pour pouvoir découvrir la base de la tour et la défendre. Ce magnifique réduit est un chef-d’œuvre de structure ; les assises, réglées de hauteur, sont choisies