Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/115

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[tour]
— 112 —

deux étages souterrains par rapport à ce sol. En A, sont des bâtiments d’habitation adossés aux courtines B. Conformément à la disposition habituelle, il faut entrer dans la tour occupée par un poste pour arriver à l’escalier qui monte à tous les étages. La porte du poste est en a. Trois fenêtres éclairent cette salle, auprès de laquelle se trouvent, en b, des latrines. En c, est une cheminée.

Plan.tour.chateau.Pierrefonds.png

La coupe sur fe (fig. 34) explique les divers services de cet ouvrage. Le niveau du chemin de ronde couvert des courtines est en N, et le crénelage supérieur de ces courtines, à la base des combles des bâtiments, est au niveau G du chemin de ronde des tours ; donc ces tours n’ont sur les courtines que le commandement GK.

Les quatre étages supérieurs, compris le rez-de-chaussée, sont fermés par des planchers, mais les deux étages au-dessous du sol de la cour, qui est en L, sont voûtés. On remarquera même que la voûte V est couverte par une épaisse couche de blocage qui met celle-ci a l’abri des incendies ou chutes des parties supérieures.

L’escalier à vis s’arrête au niveau du sol A de la seconde cave, car la première cave B est un cachot dans lequel on ne descend que par l’œil percé au milieu de la voûte ellipsoïde construite par assises horizontales posées en encorbellement. On ne peut douter que cette cave n’ait été destinée à servir de cachot, de chartre, puisqu’elle possède une niche avec siège d’aisances C et petite fosse.

Le sol des lices, ou du chemin militaire extérieur, est, le long de cette tour, au niveau P.

Le cachot B ne reçoit ni air ni lumière de l’extérieur. On observera que la maçonnerie du cylindre, au niveau P, a 5m,20 d’épaisseur