Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 8.djvu/70

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[rose]
— 67 —

et la coupe en B, se compose de cinq rangs de claveaux assez gauchement appareillés. Mais l’art dû à l’école laïque du Nord ne put jamais être admis dans les provinces méridionales autrement que comme une importation. On subissait l’influence de cet art, on en acceptait parfois les formes, sans en comprendre la valeur au point de vue de la structure.

Rose.eglise.Royat.png

Deux de ces œils provenant de la cathédrale de Paris, tracés en C et en D, font ressortir au contraire l’importance de la structure dans la composition de ces à-jour d’une petite surface. La rose C est percée dans le gâble du pignon occidental, et est destinée à éclairer la charpente. Celles D sont ouvertes dans l’étage inférieur du beffroi des tours. Ici le dessin coïncide avec l’appareil, et donne une suite d’encorbellements