Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 8.djvu/439

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[solive]
— 436 —

de socles du XIIIe siècle ; en D, du XIVe et en E du XVe. Généralement, à l’extérieur, l’assise de socle accuse le niveau du sol intérieur. Il n’est pas besoin de dire que, pour les socles, les constructeurs du moyen âge ont choisi les matériaux les plus durs. (Voy. Base.)

Socles.medievaux.png

SOL, s. m. On indique par la locution bon sol, le terrain sur lequel on peut établir la fondation d’un édifice. (Voy. Construction, Fondation).

SOLIVE, s. f. Pièce de bois reposant sur les poutres maîtresses dans les planchers du moyen âge, supportant l’aire sur laquelle est posé le carrelage ou les planchéiages, et restant apparente au-dessous de cette aire (voy. Plafond ). Étant apparentes, les solives, dans les planchers du moyen âge, sont souvent moulurées, ornées de sculptures, ou pour le moins soigneusement équarries. L’usage était de poser les solives tant plein que vide, c’est-à-dire qu’on laissait exactement entre chaque solive la largeur de l’une d’elles. Leur équarrissage, suivant les portées, varie entre 0m,22 (8 pouces) et 0m,164 (6 pouces). Qu’elles soient embrevées dans les poutres maîtresses, posées simplement sur ces poutres ou sur des