Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 8.djvu/39

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[retable]
— 36 —

le posait sur l’autel. Les flambeaux étaient placés sur les marches à côté de l’autel, sur une table voisine, ou parfois sur la table même de l’autel. Quant aux autels majeurs des cathédrales, ils n’avaient, comme nous l’avons dit, jamais de retables fixes ; beaucoup même n’en possédaient point de mobiles : ils consistaient en une simple table sur des colonnes. Les retables paraissent avoir été plus particulièrement adoptés d’abord dans les églises conventuelles qui possédaient des reliques nombreuses et qui les suspendaient au-dessus et derrière l’autel. Nous avons indiqué, à l’article Autel (fig. 13, 13bis, 14, 15 et 16), comment étaient disposés ces reliquaires, et comment les fidèles pouvaient se placer, en certaines circonstances, au-dessous d’eux[1]. Cet arrangement nécessitait un retable qui servait ainsi de support à la tablette sur laquelle était posé le reliquaire, et qui formait une sorte de grotte (voy. Autel, fig. 14, 15 et 16).

Retable.eglise.Carriere.Saint.Denis.png

Voici (fig. 2) une des positions fréquemment adoptées pour les autels secondaires des églises. Le retable masquait et supportait le reliquaire, sous lequel on pouvait se placer, suivant un ancien usage, pour obtenir la guérison de certaines infirmités. Cet exemple, tiré d’une représentation de l’autel des reliques de l’église d’Erstein, indique l’utilité du retable. Plus tard, on plaça les reliquaires sur le retable lui-même, et cet usage est encore conservé dans quelques églises.

  1. Voyez la disposition des autels des chapelles de la sainte Vierge et de saint Eustache à Saint-Denis, fig. 13 et 17.