Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 8.djvu/318

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[serrurerie]
— 315 —

en prévoyant exactement la position de toutes les ferrures, qui ne sont jamais dissimulées. Quand les ferrures sont prêtes à poser, il n’y a plus d’entailles à faire dans le bois ou dans la pierre, et chaque objet prend la place qui lui a été assignée dès le commencement de l’exécution. Ainsi, par exemple, pour des portes intérieures qui doivent battre exactement dans les feuillures, afin que la saillie de la penture ne vienne pas empêcher l’application immédiate du vantail contre le pied droit, le collet de la penture est souvent détourné.

Penture.XIIe.siecle.png

(Fig. 20.) Dans ce cas, la dernière frise de la porte A a été rapportée après coup et maintenue avec les autres frises par des prisonniers, et sur le collet de la penture par un dernier clou B, rivé en dehors, au lieu d’être, comme les autres, rivé en dedans. Cette disposition existe déjà dès le XIIe siècle. Aussi le vantail peut-il exactement battre dans sa feuillure, sans qu’il soit nécessaire d’entailler le tableau pour loger la saillie du collet de la penture.

Il n’est pas de détail insignifiant, quand il s’agit de faire concorder les divers corps d’états à cette œuvre commune qu’on appelle l’architecture. Les belles époques de l’art sont celles où le maître de l’œuvre sait prévoir, dès l’origine de la structure, toutes les parties, sait leur assigner une place sans avoir à retoucher ce qui est fait. Si le dernier objet à placer dans un édifice en construction prend exactement, à l’heure dite, la position qu’il doit occuper, le constructeur est un maître. Il ne saurait se donner cette qualité, si son œuvre ne s’élève qu’à l’aide de