Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 8.djvu/302

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[serrurerie]
— 299 —

est soudé aux deux branches C au moyen d’un renfort, ainsi qu’on le voit sur le profil en B. La tige elle-même possède un renfort D sous lequel est soudée l’embase G de la bande principale, cette embase étant élargie pour faciliter l’opération de soudure. Le renfort D a été élégi au burin après le martelage. Les branches extrêmes E sont soudées sur l’extrémité F, également élargie, de la bande droite. Ainsi le fer refoulé latéralement par le martelage à chaud a été utilisé dans l’ornementation. En H, est tracée à une plus grande échelle la tête du boulon passant à travers le renfort du collet ; cette tête de boulon possède deux rondelles étampées. En I, est tracée la section de la bande faite sur ab. On remarquera les coups de burin donnés sur les soudures et formant gravure. Ces coups de burin frappés au moment où le fer se refroidit et n’est plus que rouge sombre, raffermissent encore les soudures et dissimulent les inégalités produites par le martelage sur une surface plane. On voit également des coups de burin en g, aux extrémités des soudures longitudinales des branches.

Les exemples que nous avons donnés ne montrent que des pentures forgées simples, c’est-à-dire composées d’une simple épaisseur de fer plus ou moins travaillé. Mais les serruriers, lorsqu’ils façonnaient des pentures d’une grande dimension, étaient obligés de donner à la bande principale une très-forte épaisseur près du collet, ce qui rendait les soudures des branches difficiles et les pentures très-lourdes ; ou de renforcer ces bandes par des doublures, des nerfs, qui, sans augmenter beaucoup leur poids, ajoutaient singulièrement à leur force. Ces doublures, ces nerfs, n’étaient soudés au corps principal que de distance en distance, au moyen d’embrasses, de telle sorte que ces bandes superposées conservaient une grande élasticité et une roideur extraordinaire.

Schema.penture.medievale.png

En effet, si sur une bande de fer d’un centimètre d’épaisseur (fig. 8), nous soudons une doublure seulement au moyen des deux embrasses A et B, en laissant d’ailleurs ces deux fers libres, ainsi que le montre la