Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 8.djvu/26

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[restauration]
— 23 —

soit par des adjonctions, des transformations ou des changements partiels. Il est donc essentiel avant tout travail de réparation, de constater exactement l’âge et le caractère de chaque partie, d’en composer une sorte de procès-verbal appuyé sur des documents certains, soit par des notes écrites, soit par des relevés graphiques. De plus, en France, chaque province possède un style qui lui appartient, une école dont il faut connaître les principes et les moyens pratiques. Des renseignements pris sur un monument de l’Île-de-France ne peuvent donc servir à restaurer un édifice de Champagne ou de Bourgogne. Ces différences d’écoles subsistent assez tard ; elles sont marquées suivant une loi qui n’est pas régulièrement suivie. Ainsi, par exemple si l’art du XIVe siècle de la Normandie séquanaise se rapproche beaucoup de celui de l’Île-de-France à la même époque, la renaissance normande diffère essentiellement de la renaissance de Paris et de ses environs. Dans quelques provinces méridionales, l’architecture dite gothique ne fut jamais qu’une importation ; donc un édifice gothique de Clermont, par exemple, peut être sorti d’une école, et, à la même époque, un édifice de Carcassonne d’une autre. L’architecte chargé d’une restauration doit donc connaître exactement, non-seulement les styles afférents à chaque période de l’art, mais aussi les styles appartenant à chaque école. Ce n’est pas seulement pendant le moyen âge que ces différences s’observent ; le même phénomène apparaît dans les monuments de l’antiquité grecque et romaine. Les monuments romains de l’époque antonine qui couvrent le midi de la France diffèrent sur bien des points des monuments de Rome de la même époque. Le romain des côtes orientales de l’Adriatique ne peut être confondu avec le romain de l’Italie centrale, de la Province ou de la Syrie.

Mais pour nous en tenir ici au moyen âge, les difficultés s’accumulent en présence de la restauration. Souvent des monuments ou des parties de monuments d’une certaine époque et d’une certaine école ont été réparés à diverses reprises, et cela par des artistes qui n’appartenaient pas à la province ou se trouve bâti cet édifice. De là des embarras considérables. S’il s’agit de restaurer et les parties primitives et les parties modifiées, faut-il ne pas tenir compte des dernières et rétablir l’unité de style dérangée, ou reproduire exactement le tout avec les modifications postérieures ? C’est alors que l’adoption absolue d’un des deux partis peut offrir des dangers, et qu’il est nécessaire, au contraire, en n’admettant aucun des deux principes d’une manière absolue, d’agir en raison des circonstances particulières. Quelles sont ces circonstances particulières ? Nous ne pourrions les indiquer toutes ; il nous suffira d’en signaler quelques-unes parmi les plus importantes, afin de faire ressortir le côté critique du travail. Avant tout, avant d’être archéologue, l’architecte chargé d’une restauration doit être constructeur habile et expérimenté, non pas seulement à un point de vue général, mais au point de vue particulier ; c’est-à-dire qu’il doit connaître les procédés de construction