Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 8.djvu/208

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[sculpture]
— 205 —

dans d’autres de la Gaule ? c’est ce que nous ne nous chargerions pas d’expliquer, puisque le territoire de l’Île-de-France et notamment les environs de Soissons et de Compiègne, étaient couverts d’édifices gallo-romains très-importants et dont on trouve des débris à chaque pas. Comment, après onze cents ans, les habitants de ce territoire en seraient-ils revenus aux formes d’art pratiquées avant la domination romaine ? Comment auraient-ils conservé ces formes à l’état latent, ainsi qu’une tradition nationale ? Ce sont là des problèmes que, dans l’état des études historiques, nous ne pouvons résoudre. Les poser, c’est déjà quelque chose, c’est ouvrir des horizons nouveaux.

Sculpture.eglise.abbatiale.Morienval.Oise.png

Sans se lancer dans le champ des hypothèses, on en sait assez aujourd’hui déjà, pour reconnaître : que les traditions d’un peuple laissent des traces presque indélébiles à travers les conquêtes, les invasions, les délimitations territoriales, comme pour donner un démenti perpétuel à l’histoire, telle qu’on l’a écrite jusqu’à ce jour ; que ce principe des nationalités reparaît à certaines époques pour déconcerter les combinaisons de la politique qui semblent les plus solidement conçues. Dans l’histoire de ce monde, les peuples, leurs goûts, leurs affections, leurs aptitudes, jouent