Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 6.djvu/94

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[hôtel de ville]
— 91 —

Une tour servant de beffroi couronnait un des côtés de la façade. Voici (1), en A, le plan du rez-de-chaussée. L’espace H servait de halle couverte et était mis en communication avec un marché M existant autrefois sur ce point ; en P était le passage d’une voie publique sous le beffroi. L’escalier pour monter aux étages supérieurs était primitivement bâti en E ; mais cet escalier, détruit depuis longtemps, a été remplacé par une vis qui est disposée en V. Le dessous du beffroi a subi quelques changements, afin de consolider les piles qui étaient fort altérées ; mais ces changements laissent parfaitement voir la construction primitive. En B est tracé le plan du premier étage, auquel on arrivait par la porte F donnant sur l’ancien escalier. Ce premier étage se compose d’une salle S et d’un cabinet N ayant vue sur la place publique par la fenêtre R et sur une rue principale par celle T. Le sol de ce cabinet est élevé de quelques marches au-dessus de celui de la salle. Le plan C est celui du second étage. La porte d’entrée étant autrefois percée en F′, du cabinet N′ on montait à la guette du beffroi par un escalier en bois ou plutôt une sorte d’échelle de meunier passant à travers la voûte en berceau tiers-point qui couvre l’espace a, b, c, d. La salle principale S, au premier étage, est largement éclairée par une belle claire-voie qui a toujours été disposée pour être vitrée.

Nous donnons (2) l’élévation de cet édifice, dont la partie supérieure X seule est moderne[1], et (3) un détail de la claire-voie du premier étage. En A est tracée la coupe de cette claire-voie avec le plancher B et l’arc C de rez-de-chaussée. En D, nous avons présenté la face extérieure d’une partie (1/3) du fenestrage, et, en E, sa face intérieure. Des châssis ouvrants viennent battre sur des traverses en bois hautes et basses G. La construction de tout le monument est traitée avec soin, faite en pierre très-dure du pays ; la sculpture est d’une finesse et d’une pureté remarquables, tous les profils sont d’un excellent style et taillés en perfection. Des cuvettes en faïence émaillée, incrustées dans la pierre, ornaient certaines parties de la façade[2]. Sur l’un des deux piliers qui coupent la claire-voie en trois travées, on remarque une statue d’un personnage couronné tenant un livre de la main droite et de la gauche un long sceptre terminé par un oiseau ; sur l’autre, un groupe d’Adam et d’Ève tentés par le serpent. Ces figures en ronde-bosse, petite nature, sont d’un beau caractère et sculptées avec une extrême délicatesse de détails. La figure du personnage couronné a été l’occasion de quelques discussions. Quelques-uns ont voulu voir là Moïse, d’autres Charlemagne, d’autres encore un roi contemporain du monument. À grand’peine, sur le livre ouvert,

  1. Cet édifice a été restauré sous la direction des Monuments historiques. La restauration s’est bornée toutefois à la construction de l’escalier postérieur, au couronnement de la tour qui menaçait ruine et à la réfection des planchers. Voy. l'Archit. civ. et domest. de MM. Verdier et Cattois.
  2. Nous n’avons pu trouver que des fragments de ces cuvettes de faïence, qui avaient de 0,30 c. à 0,40 c. de diamètre.