Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 6.djvu/74

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[grille]
— 71 —

découpée à leur pli D, et ces tôles sont toutes variées, comme l’indiquent les divers tracés H.

Illustration fig13 6 79.png

Dans le cloître de cette dernière cathédrale, on voit encore une jolie grille du XVe siècle, sans ornements de fer battu ou étampé, mais dont la composition simple et le procédé de fabrication méritent d’être signalés (14). De distance en distance, des contre-forts A reçoivent des traverses B, à travers lesquelles passent les montants C posés d’angle. Ces montants sont, de deux en deux, élégis à leur partie supérieure, ainsi que l’indique le détail D, pour recevoir les brindilles E et leurs rivets. Les autres montants F possèdent un tenon, qui vient s’assembler dans la corniche supérieure, à travers les brindilles, en G.

L’ornementation inférieure présente une construction analogue. Les brindilles se retournent le long des contre-forts, comme nous le voyons en I, et les traverses L les fixent à ces contre-forts, ainsi que l’indique le détail O. D’autre part, ces brindilles s’appuient le long des évidements façonnés à la partie inférieure des lances P auxquelles des rivets les attachent. Les montants F passent, à travers ces brindilles, en R, pour venir s’assembler dans la barre horizontale S. On comprend que ce système de ferrures est