Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 6.djvu/48

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[grange]
— 45 —

terrains entourés de murs de clôture, défendus par des échauguettes et de bonnes portes flanquées.

Illustration fig2 6 53.png


Ces centres de provisions de grains et de fourrages étaient occupés par des moines que l’on détachait temporairement dans ces établissements isolés au milieu des champs, par suite de quelque faute, et pour faire pénitence. Ils étaient habités aussi par des frères convers et par des paysans.

Illustration fig3 6 53.png


Ils contenaient donc des logements disposés près des portes, et, la nuit, les voyageurs pouvaient trouver un gîte dans ces dépendances, signalées au loin par un fanal et le son d’une cloche suspendue au-dessus de l’une des entrées. Peu à peu les granges d’abbayes, avec leurs enceintes et logis, virent se grouper autour d’elles des habitations de paysans, et devinrent ainsi le noyau d’un hameau. Nous avons en France beaucoup de villages qui n’ont pas une autre origine, et qui ont conservé le nom de la Grange. En temps de guerre, les paysans se renfermaient dans l’enceinte et s’y défendaient de leur mieux. À l’instigation de quelque seigneur rival de l’abbaye, il leur arrivait aussi de piller les granges des moines ou d’y mettre le feu, ce qui ne leur était pas d’un grand profit.

Quelquefois ces bâtiments ruraux contenaient des étables à rez-de-chaussée ; telle est la belle grange qui existe encore près de l’église de