Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 6.djvu/47

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[grange]
— 44 —

avec le plus grand soin, en beau bois de chêne, à vive arête. La fig. 4 donne l’une des travées longitudinales[1]. Ces granges sont toujours placées sur des terrains abrités, secs, nivelés avec soin, de manière à éloigner les eaux pluviales de la base des murs. Dans le voisinage des châteaux, et même quelquefois dans la bâille, des granges étaient élevées pour recevoir les approvisionnements de fourrages et de grains nécessaires à la garnison.

Illustration fig1 6 52.png

Les grandes abbayes avaient le soin de bâtir leurs granges sur des

  1. Nous devons ces dessins, relevés avec le plus grand soin, à M. Davioud, architecte de la ville de Paris.