Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 6.djvu/418

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[niche]
— 415 —

tecte a profité de la saillie inférieure pour la couronner par un bandeau saillant portant deux colonnettes monolithes surmontées d’une arcature couverte par les talus de la retraite. Ces quatre niches, qui participent à la décoration des portes, sont remplies par quatre figures représentant saint Étienne, l’Église, la Synagogue et saint Denis. Nous donnons (1 bis) la niche qui contient la personnification de l’Église[1].

Niche.cathedrale.Rouen.png

Nous ne pouvons considérer comme des niches les pinacles qui couronnent les contre-forts de l’église cathédrale de Reims (voy. pinacle). Mais autour du chœur de la cathédrale du Mans, les faces des contre-forts, à mi-hauteur, sont allégés par des niches contenant des statues (2) (1250 environ). On observera que ces niches laissent passer le nu de

  1. Cette statue, détruite à la fin du dernier siècle, a été refaite par M. Geoffroy-Dechaume. C’est une des meilleures statues de cet artiste distingué. La Synagogue qui lui fait pendant est de M. Fromanger. La statue de saint Denis est de M. Pascal, et celle de saint Étienne de M. Chenillon. Une autre niche, en retour, se voit du côté du midi ; elle abrite la statue de saint Marcel, due au ciseau d’un de nos meilleurs statuaires, M. Toussaint, mort depuis peu.