Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 6.djvu/385

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[menuiserie]
— 382 —

vaient, comme nous l’avons dit, ménager le bois et renfermer leurs tracés dans les équarrissements ordinaires qui alors étaient à peu près les mêmes que ceux donnés aujourd’hui par les scieries. C’est surtout dans la grosse menuiserie que l’on constate l’attention qu’ils apportaient à cette partie importante de leur art. Le merrain de 1 pouce 1/2 ou de 0m,04 d’épaisseur était généralement employé pour les membrures, puis le chevron de 3 pouces (0m,08) pour les plus fortes pièces. Quant aux panneaux, ils n’avaient guère que 9 lignes d’épaisseur (0m,02). Avec ces dimensions de bois, ils composaient leurs ouvrages de menuiserie les plus importants, tels que tambours, buffets d’orgues, stalles, caisses d’horloges, escaliers, grandes clôtures, etc. Pour donner de la résistance à ces bois, lorsqu’ils avaient de grandes dimensions en hauteur et les empêcher de gauchir, ils embrévaient les madriers ainsi que l’indique, par exemple la figure 23 en A, et les assemblaient à la base et en tête dans des chevrons, comme on le voit en B et en C. De plus les montants étaient reliés et maintenus par des goussets D, formant arcatures. Les intervalles étaient remplis par des panneaux libres E, ou assemblés à grain d’orge (voy. Stalle).

Chassis.fenetre.hotel.Tremoille.Paris.png

Villars de Honnecourt[1] nous a conservé un curieux dessin d’une grande caisse d’horloge du XIIIe siècle en menuiserie. C’est un véritable campanile qui devait avoir une grande importance. On voit encore de ces caisses d’horloge en grosse menuiserie des XIVe et XVe siècles dans les cathédrales de Beauvais et de Reims[2].

Quoiqu’il ne reste qu’un petit nombre de fragments des lambris de bois qui garnissaient souvent les murs des châteaux pendant les XIIIe et

  1. Voyez l'Album de Villars de Honnecourt, pl. XI.
  2. Voyez Gailhabaud, Architecture du Ve au XVIIe siècle.