Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/90

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[donjon]
— 88 —

de la chambre de la herse, dans l’étage percé de mâchicoulis ; traversant un couloir ; on descend une rampe O, qui vous conduit au premier étage de la tour carrée, d’où on peut pénétrer dans les grandes pièces du logis principal, lesquelles se composent d’une vaste salle P, en communication directe avec le grand escalier à vis E, de deux salons R avec logis S au-dessus de la porte d’entrée, et des chambres prises dans les deux grosses tours défendant l’extérieur. En T sont des garde-robes, latrines et cabinets. On voit encore en place la belle cheminée qui chauffait la grande salle P, bien éclairée par de grandes fenêtres à meneaux, avec doubles traverses. Un second étage était à peu près pareil à celui-ci, au moins quant aux dispositions générales ; l’un et l’autre ne se défendaient que par l’épaisseur des murs et les flanquements des tours.

Plan.donjon.Pierrefonds.3.png

Ce n’est qu’au troisième étage (43) que commencent à paraître les défenses. À la base des grands pignons qui ferment les couvertures du logis principal sont pratiqués des mâchicoulis avec crénelages en c et en d. Les deux grosses tours rondes et la tour carrée continuent à s’élever, se dégagent au-dessus des combles du logis, et sont toutes trois couronnées de mâchicoulis avec meurtrières et crénelages couverts ; puis, au-dessus,