Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/64

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[donjon]
— 62 —

espace laissé entre la seconde chemise et la tour. Il n’y avait d’autre moyen de s’emparer de ce donjon que de cheminer, par la mine souterraine, du point I au point S ; or on comprend qu’une pareille entreprise fût longue et d’une exécution difficile, d’autant que l’assiégé pouvait contre-miner facilement entre les deux chemises et détruire les travaux des assiégeants.

Coupe.donjon.La.Roche.Guyon.png

L’élévation latérale (24) indique la pente du plateau de craie, son escarpement fait à main d’homme, la position des souterrains communiquant avec le château et les niveaux différents des parapets des deux chemises, ainsi que le commandement de la tour principale. Tout, dans cette construction entièrement dépourvue d’ornements, est profondément calculé au point de vue de la défense. Le renforcement des murs des deux chemises, à mesure que ces murs prennent plus d’élévation et se rapprochent du point attaquable, la disposition des éperons destinés à résister à la sape et à recevoir un nombre considérable de défenseurs à l’extrémité du saillant en face la partie dominante du plateau, la manière dont les poternes sont disposées de façon à être masquées pour les assaillants, tout